L’EQUIPE DE FRANCE DE CONCOURS COMPLET MEDAILLE DE BRONZE

Droits FFE/PSV

Troisièmes après le cross, les Bleus n’ont pas tremblé ce lundi 2 août et ont remporté, avec la manière, une magnifique médaille de bronze, à l’issue d’un parcours de 12 obstacles à boucler en 79 secondes qui s’est montré fautif, notamment dans les combinaisons du triple et du double.

Premiers à s’élancer pour l’équipe, Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC, propriété de la SARL Haras des Coudrettes, ont assuré un très beau sans-faute avec juste 0.4 point pour dépassement du temps imparti. De quoi lancer parfaitement les Bleus.

Auteurs d’un fantastique parcours sans-faute et dans le temps la veille sur le cross, Karim Laghouag et Triton Fontaine, propriété de Philippe Lemoine, Guy Bessat, SARL Ecuries K. Laghouag et Camille Laffite, ont fait une faute en milieu de triple, mais ces 4 points supplémentaires n’ont pas fait descendre la France du podium provisoire.

Restaient à passer Christopher Six et Totem de Brecey, propriété de François et Julianne Souweine. Le clan tricolore a retenu son souffle jusqu’au bout avant de laisser éclater sa joie : en bouclant un superbe parcours sans-faute dans le temps, Christopher et Totem ont assuré la médaille de bronze à l’équipe de France !

De leur côté, les Australiens, 2e après le cross, ont décroché la médaille d’argent grâce aux deux parcours sans faute de Kevin McNab/Don Quidam et d’Andrew Hoy/Vassily de Lassos.

Quant aux Britanniques, premiers après le cross et disposant d’une avance confortable, ils se sont parés d’or et sont devenus champions olympiques, malgré deux parcours à quatre points de Laura Collet/London 52 et Oliver Townend/Ballaghmor Class. Tom McEwen, qui participait à ses premiers Jeux olympiques, a assuré un sans-faute avec Toledo de Kerser.

 

Des places d’honneur en individuel

A l’issue du concours par équipe, les 25 meilleurs couples ont pris à part à l’épreuve individuelle sur un parcours de neuf obstacles.

Placés en embuscade après l’épreuve par équipe, Karim Laghouag/Triton Fontaine (13e), Nicolas Touzaint/Absolut Gold*HDC (10e) et Christopher Six (6e) avaient toutes leurs chances de monter sur le podium individuel. D’autant que la fatigue s’est faite sentir chez les chevaux : du 25e au 11e couple, il n’y a eu aucun sans-faute. A l’image de Karim Laghouag et Triton Fontaine, auteurs de deux fautes dans la combinaison du double.

Ce sont Nicolas Touzaint et Absolut Gold*HDC, auteurs d’un magnifique parcours, qui ont réalisé le premier sans-faute de l’épreuve. Quelques concurrents plus tard, Christopher Six et Totem de Brecey sont sortis de piste avec quatre points supplémentaires, à cause d’une faute en sortie de triple.

C’est l’Allemande Julia Krajewski et sa jument Amande de B’Neville qui ont été sacrées championnes olympiques après un parcours sans-faute mené de main de maître. Sans faute mais avec 0.4 point de temps dépassé, le Britannique Tom McEwen et Toledo de Kerser sont vice-champions olympiques. Le bronze revient au vétéran de l’épreuve, l’Australien Andrew Hoy (62 ans) et son cheval français Vassily de Lassos.

 

Classement par équipe : 1er Grande-Bretagne 82.3 points ; 2e Australie 100.20 points ; 3e France 101.50 points

Classement individuel : 1re Julia Krajewski (GER)/Amande de B’Neville 26 points ; 2e Tom McEwen (GBR)/Toledo de Kerser 29.30 points ; 3e Andrew Hoy (AUS)/Vassily de Lassos 29.60 points… 6e Nicolas Touzaint (FRA)/Absolut Gold*HDC 33.90 points ; 7e Christopher Six (FRA)/Totem de Brecey 35.20 points… 12e Karim Laghouag (FRA)/Triton Fontaine 45.20 points

 

ILS ONT DIT… après la médaille de bronze par équipe

Serge Lecomte, président de la FFE :

« Bravo à nos cavaliers, aux équipes techniques, aux propriétaires des chevaux et à leurs éleveurs. Cette médaille est le résultat du travail de toute une équipe. Thierry Touzaint mène à nouveau l’équipe de France à un podium mondial. L’expérience d’un maître en la matière se confirme encore une fois ! C’est aussi une nouvelle médaille olympique pour Nicolas Touzaint et pour Karim Laghouag tandis que Christopher Six fait une entrée remarquée dans le palmarès international des équipes de France. Leurs belles performances sont de nature à inspirer tous les cavaliers et à donner à chacun des envies d’équitation. Encore bravo ! »

Christopher Six / Totem de Brecey :

« Nicolas (Touzaint) m’a dit qu’il y avait un peu de marge de sécurité. J’ai essayé de faire le maximum pour être sans-faute. On vient ici pour un podium alors maintenant c’est un grand soulagement. Cette médaille, on l’a ! »

François Souweine, propriétaire de Totem de Brecey :

« Je suis très heureux et même encore plus que cela. Nous pensions la sélection possible mais on n’imaginait pas être ici. Au départ, Totem était pour ma fille afin qu’elle concoure en amateur. Nous l’avons ensuite confié à Christopher. Qu’il soit maintenant en équipe de France, à ce niveau et voir ce qu’il est capable de réaliser, procure une très grande émotion. On a beaucoup pleuré. »

Nicolas Touzaint / Absolut Gold*HDC :

« Je suis heureux et soulagé. Nous n’avons rien lâché. Le parcours était juste bien, bien dosé comme le cross, assez technique, assez fautif et en même temps pas infaisable. Le chronomètre était juste comme il fallait. J’ai encore pris une seconde de temps dépassé (0,4 point de pénalité) par ma faute, cela me poursuit décidément. Je suis tellement content d’avoir un cheval de cette qualité, c’est vraiment un crack. Il l’a montré hier et aujourd’hui encore. C’est un vrai régal ! »

Emmanuèle Perron Pette, propriétaire d’Absolut Gold*HDC et vice-présidente de la FFE en charge des relations internationales :

« Quand on reçoit le coup de téléphone qui annonce la sélection de son cheval, c’est déjà phénoménal, c’est une sacrée émotion. Je suis ravie de cette médaille de bronze. J’ai beaucoup de respect pour ces trois cavaliers. Partir de la 9e place au provisoire après le dressage, ne rien lâcher et revenir comme ils l’ont fait après le cross, cela m’inspire le respect. Ils ont fait preuve de beaucoup de courage. Aujourd’hui, ils ont couru en finesse et en stratégie. Cela donne une saveur particulière à cette médaille. 

Karim Laghouag / Triton Fontaine :

« C’est beaucoup d’émotions. Il nous manque le public pour partager cette récompense. Mais nous avons reçu beaucoup de soutien à distance et de messages via les réseaux. On remercie chaleureusement tous ceux qui nous ont suivis et portés, et qui nous ont encouragés. Cela fait chaud au cœur. La médaille est aussi pour toutes ces personnes ! »

Guy Bessat, propriétaire de Triton Fontaine :

« On est ravis de cette médaille de bronze. C’est formidable. Quand on a acheté Triton avec Philippe Lemoine, Camille Laffite et Karim, c’était dans l’objectif de courir ces JO de Tokyo. Cette médaille est l’aboutissement d’un projet sportif et de 5 ans de travail avec toute une équipe autour de Karim, c’est une belle récompense pour lui et pour nous tous. »

Thierry Touzaint, sélectionneur national de concours complet :

« Ce n’est que du bonheur ! On a pris goût aux médailles et celle d’aujourd’hui fait du bien. Cette récompense est le fruit d’un travail sérieux sur des compétitions comme celles du circuit du Grand National FFE-AC Print, qui proposent des parcours dessinés par des chefs de piste de saut d’obstacles. Les cavaliers sont donc très bien entrainés sur les hauteurs de barres. Ca a payé aujourd’hui. Maintenant, nos ambitions sont tournées vers Paris 2024. »

Michel Asseray, DTN adjoint pour le concours complet :

« A l’issue du cross, nous avons porté toute notre attention aux chevaux si bien qu’ils étaient tous frais ce soir. On savait que cela allait être serré, la concurrence était rude et les Néo-Zélandais, juste derrière nous, n’allaient pas se laisser faire. Cette médaille a été plus dure à décrocher qu’aux JO de Rio car on est partis de plus loin. Mais nous avons pu compter sur un groupe très soudé et des chevaux très bien préparés. Tout s’est joué à la fin et je dois avouer qu’on a tous pleuré. Une médaille olympique c’est pour la vie. »

Frédéric Morand, vice-président de la FFE, en charge des JOP 2024 :

« Même après le dressage, nous pensions être dans les « potentiellement médaillables ». C’est un bel exploit pour une très belle médaille d’équipe. Et quand je dis équipe, je pense aux athlètes et à leurs montures mais aussi aux propriétaires, à Sophie Dubourg (DTN) et au staff fédéral au service de la performance des cavaliers et chevaux de haut niveau dans chaque discipline. Ces JO sont l’illustration de la cohésion qui existe entre les trois disciplines pour ne former qu’une équipe de France. Tout cela est de bon augure pour Paris 2024. »

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager